Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Faire un don en ligne

Blogs

Toutes nos publications et articles de presse se trouvent ici.
HomeBlogsArticles diversRentrée scolaire 2011-2012 en RD Congo

Derniers articles

08 Fév

Des tonnes de livres qui arrivent enfin!

Du 15 janvier au 19 mars où nous menons nos…
02 Nov

Enfants blessés et parents démunis - nous avons besoin de votre soutien!

Une fille de notre association a eu un accident grave…
Read more...
16 Sep

Rentrée scolaire 2015-2016 et remerciements

L'association l'oeil de l'enfant vous remercie pour l'aident que vous lui apportez,…
Read more...
31 Oct

Rentrée scolaire 2014 - 2015

COMPTE RENDU DE LA VISITE DE TRAVAIL EFFECTUEE A KINSHASA…
Read more...
10 Oct

Supervision des élèves et distribution de 4 tonnes de matériel

Chers Donateurs, Chères Donatrices, Madame, Monsieur, Je vous informe que…
25 Fév

Visite du Président de l'AOE à Kinshasa et à Brazzaville

COMPTE RENDU DE LA VISITE DE TRAVAIL EFFECTUE A KINSHASA…
Read more...
20 Déc

La conjoncture socioéconomique dégradante influe sur l'éducation de la jeune fille

L'éducation de la jeune fille devient le point faible de…
Read more...

Rentrée scolaire 2011-2012 en RD Congo

Nécessité d'une règlementation des inscriptions

A quelques jours de la rentrée scolaire 2010 – 2011, un mouvement migratoire des élèves est observé sur toute l'étendue de la ville-province de Kinshasa. Ce mouvement de va-et-vient est plus remarqué chez les parents ainsi que des jeunes gens, c'est-à-dire des élèves voire les écoliers. Les uns cherchant uniformes, cahiers et différentes fournitures scolaires ; les autres tentant d'aller se faire inscrire avant de penser à la confirmation de place ou encore à la réinscription comme à l'accoutumé.

Entre – temps, bien d'autres sont en train de faire de petits commerces pour préparer cette rentrée qui s'annonce particulière. Car ici, tout se fait moyennant des espèces sonnantes et trébuchantes. Présentement, dans toutes les écoles, on observe un phénomène : le défilé des enseignants qui, après les deux mois de grandes vacances passées avec des poches trouées, ne parviennent plus à maîtriser la situation et continuent à tourner les pouces.

De ce fait, ils se lancent, sans vergogne, dans une campagne de porte à porte à travers la ville, principalement dans des quartiers périphériques, à la recherche des élèves qui, pour eux, constituent une matière première, mieux une vache laitière : c'est leur unique source de revenue. Les candidats enseignants, quant à eux, après avoir gobé une certaine année scolaire 2010 – 2011 pleine de déceptions dans l'ancienne école, sont à la recherche de cadre idéal pour un mieux-faire, à la veille de la rentrée. Ayant déposé des dossiers, par-ci par-là, ils se préparent à d'éventuels tests d'embauche, si l'argent ne dicte pas sa loi dans cet environnement empesté et corrompu.

Le constat est amer dans la plupart des écoles de Kinshasa. Les anciens, comme les nouveaux élèves, sont obligés de payer une somme généralement quelconque, pour confirmer des places. Cela, même si l'élève avait déjà totalisé deux ou trois ans dans la même école. Bien que sur le billet des vacances la mention « Inscription gratuite » occupe une place importante, on ne cesse de se poser la question de savoir si cette somme d'argent de confirmation de la place, évaluée à plus de 5.000 Fc a sa raison d'être ! Une certaine opinion laisse croire que les écoles privées, toutes tendances confondues, voire officielle ou encore, conventionnées, sont devenues des véritables échoppes commerciales surtout, en cette période d'inscription.

Le cas le plus fréquent est celui des élèves qui sont obligés d'acheter leurs uniformes, ainsi que des fournitures scolaires avec logo et écusson tel qu'exigé à l'école. Ce, à un prix exorbitant, qui ne favorise pas l'accessibilité à toutes les bourses. Il est temps pour que l'autorité de tutelle prenne la décision qui s'impose afin de règlementer les inscriptions dans toutes les écoles, telles qu'elle le fait en ce qui concerne la participation aux Test National de Fin d'Etudes Primaires (Tenafep) et à l' examen d'Etat. Comment un élève régulier, qui a un dossier dans une école connue, doit-il être obligé à renouveler son inscription ?

Notre inquiétude est que cela est de mise même à l'Université où, à chaque nouvelle année académique, l'étudiant est contraint de se réinscrire. De même, dans l'esprit congolais, cela risquerait de s'étendre jusqu'à l'église où le pasteur va demander à ses fidèles, chaque année, d'avoir un baptême pour manifester son attachement à l'église. Il faut rappeler qu'à la fin de chaque année scolaire, les élèves font ces mouvements pour chercher les écoles qui battent le meilleur score : elles font 100% des résultats à l'examen d'Etat. Selon ces élèves, la formation est secondaire ; ce qui les préoccupe c'est le papier (bien entendu le diplôme d'Etat). Attention : construire le Congo, c'est éduquer les Congolais. Il faut que tous se sentent dans l'obligation d'éduquer. Gare à ceux qui empiètent sur l'éducation des Congolais.

Jacques Bope

Dernière modification le vendredi, 14 décembre 2012 00:43
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Galerie images

DSC00080.JPG
Image Detail
17
Image Detail
012_13.jpg
Image Detail
Les élèves de C...
Image Detail

Se connecter

Inscription Newsletter

Notre newsletter mensuelle et gratuite vous informe chaque mois des activités de l'association. Inscivez-vous!

Infos pratiques

  • +41 79 650 03 02
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Rue de la Combette 24, CH-1008 Prilly
  • CCP - 17-730976-7