Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Faire un don en ligne

Blogs

Toutes nos publications et articles de presse se trouvent ici.
HomeBlogsArticles diversQuand la politique de partenariat permet aux écoles de s'équiper

Derniers articles

30 Jui

RTS - émission Chacun pour tous

Interview enregistrée le 4 juin 2021 dans les locaux de…
Read more...
30 Sep

Des milliards dertinés à la santé et à l'enseignement

Malgré  des financements et des dons alloués régulièrement par des…
Read more...
08 Fév

Des tonnes de livres qui arrivent enfin!

Du 15 janvier au 19 mars où nous menons nos…
02 Nov

Enfants blessés et parents démunis - nous avons besoin de votre soutien!

Une fille de notre association a eu un accident grave…
Read more...
16 Sep

Rentrée scolaire 2015-2016 et remerciements

L'association l'oeil de l'enfant vous remercie pour l'aident que vous lui apportez,…
Read more...
31 Oct

Rentrée scolaire 2014 - 2015

COMPTE RENDU DE LA VISITE DE TRAVAIL EFFECTUEE A KINSHASA…
Read more...
10 Oct

Supervision des élèves et distribution de 4 tonnes de matériel

Chers Donateurs, Chères Donatrices, Madame, Monsieur, Je vous informe que…

Quand la politique de partenariat permet aux écoles de s'équiper

Ir Ruffin Masapula : « Le cheminement avec l'AOE a été profitable à l'ITP/Bosembo »

Le préfet de l'Institut technique professionnel, ITP/Bosembo de N'Djili VII a eu hier, un entretien avec la presse sur le « Quid de la généralisation du cours d'informatique ». Cette recommandation remonte à 2004 à l'Enseignement primaire, secondaire et professionnel, Epsp. Cinq après, les observateurs constatent que la question divise notamment les responsables scolaires.

 Nombre d'entre eux évoquant le manque voire l'insuffisance de moyens. L'Ir Ruffin Masapula Kassongo est électrotechnicien formé à l'Institut supérieur des techniques appliquées, Ista/N'Dolo. « Il y a plus ou moins 4 ans qu'on a inséré ce cours dans le bulletin de l'élève. Mais nous accusons des difficultés s'agissant des professeurs spécialisés dans ce domaine. En plus de cela, le matériel fait défaut. Car les enfants doivent palper ce qu'ils apprennent en théorie. Il n'est pas aisé de disposer de dix ordinateurs dans une école, si celle-ci n'a pas bénéficié d'apport en termes notamment de partenariat », a-t-il relevé. Quelques mois se sont écoulés, s'adressant à la presse, l'orateur avait jeté un regard critique sur les bibliothèques scolaires, en tant qu'outil de formation. « Celles-ci posent problème dans notre système éducationnel. Et d'autres difficultés s'ajoutent aux écoles, avec le cours d'informatique. Si les écoles en appellent à un appui de l'Etat, c'est parce que l'ordinateur est très coûteux sur le marché », a-t-il indiqué.

Juguler cette situation de privation et sauver, l'image du système éducationnel congolais, est pour les écoles un pari. L'orateur estime que les écoles ont, du fait même, besoin d'une marge de manœuvre dans le cadre de leurs rapports avec l'extérieur. « Le partenariat devrait jouer un grand rôle. Comme l'Etat a des difficultés, il peut nous aider autrement en ouvrant les brèches vers l'extérieur. Car si chaque école peut conclure quelque partenariat à l'étranger, cela permettrait notamment d'acquérir des ordinateurs. C'est le cas de l'Association l'Oeil de l'Enfant, AOE, constituée des Congolais de Suisse. Le cheminement avec cette structure a été profitable à notre établissement. L'association s'est illustrée en nous remettant entre autres outils : dictionnaires « Le Robert », mètres rubans, serre-joints, équerres, etc. Ce lot nous ajoute un plus, puisque nous sommes dans une écoles technique. Voilà, une année, ce partenariat à permis à l'ITP/Bosembo d'obtenir un poste à souder d'une bonne capacité. Cela dit déjà beaucoup », a-t-il dit.

A ce jour, il s'observe que la généralisation du cours d'informatique permet d'établir les écarts entre les écoles réputées nanties et celles ne jouissant pas d'un tel prestige. « Il y a un danger, cela crée un déséquilibre. Dans la mesure où, les écoles nanties sont minoritaires et représentent un dixième, en termes de fraction. Les écoles non nanties représentent les neuf dixième.

Dans le marché d'emploi, les enfants issus des écoles non nanties auront des difficultés pour se faire admettre à l'embauche. Or actuellement avec les nouvelles technologies, l'informatique joue un grand rôle », a-t-il fait remarquer. Et d'ajouter : « Dans l'enseignement technique, l'informatique a une place prépondérante. Le cas du signalement dans les routes qui est informatisé. Et ceux qui travaillent dans ce système-là sont des techniciens. Comme on le comprend, les élèves que nous formons doivent bien comprendre l'ordinateur, le fondement de ce matériel de travail, son fonctionnement, son utilisation », a-t-il démontré.

Payne

Dernière modification le vendredi, 14 décembre 2012 20:11
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Galerie images

34.jpg
Image Detail
28
Image Detail
DSC00235.JPG
Image Detail
04.poste soude...
Image Detail

Se connecter

Inscription Newsletter

Notre newsletter mensuelle et gratuite vous informe chaque mois des activités de l'association. Inscivez-vous!

Infos pratiques

  • +41 79 650 03 02
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Rue de la Combette 24, CH-1008 Prilly
  • CCP - 17-730976-7